Les déséquilibres du système de retraite en France

Les déséquilibres démographiques de demain ne permettront plus à notre système de retraite de garantir un revenu décent aux futurs retraités.
D’où l’importance d’épargner dès aujourd’hui pour s’assurer d'un revenu complémentaire, une fois arrivé à la retraite

Avec un âge de départ à la retraite de 62 ans à partir de la génération née en 1955

C’est donc une pension moyenne de 1.306 € / mois
sur une durée de 20 ans qu’il faudra assurer pour chaque retraité.

En 2060 10 habitants en France
4/10 seront retraités
1/10 seront étudiants ou chômeurs
5/10 seront actifs

Il existe deux méthodes différentes pour financer sa retraite

1e

Épargne individuelle

2e

Solidarité entre les générations

La France a fait le choix de la solidarité entre les générations : elle a opté pour le système de répartition plutôt que celui de la capitalisation. En clair, ce sont les actifs actuels qui financent les retraites d’aujourd’hui tandis que leurs retraites à eux seront assumées par les actifs de la génération qui suit

C’est le principe de la solidarité.

- Un principe qui atteint ses limites -

Le principe repose sur le renouvellement des générations actives. Un déséquilibre démographique ou économique (chômage) entraîne inévitablement un déséquilibre financier

La situation actuelle en est le parfait reflet puisque se cumule une hausse du chômage et une baisse du nombre d’actifs alors que le nombre de retraités (les fameux papys boomers) augmentent et que la durée de vie s’allonge

En d’autres termes, il est probable que notre système de répartition actuel ne permette pas d’assurer un revenu décent aux retraités de demain.

Projection rapport cotisants/retraités 2005 - 2060

graphe Projection rapport cotisants/retraités 2005 - 2060

Evolution des effectifs de Cotisants et de Retraités

En 2005,

le rapport était de 2 actifs cotisants pour 1 retraité

En 2060,

le rapport sera de 1,3 actifs cotisants pour 1 retraité

Rapport du COR (Conseil d’Orientation des Retraites) 2012

Espérance de vie : La situation en France

Situation espérance de vie

En un demi siècle, l’espérance de vie des françaises et des français aura augmenté en moyenne de 9 ans.

Or, des retraités qui vivent plus longtemps, ce sont des pensions à payer plus longuement.

La solvabilité du système passe par une entrée massive d’actifs cotisants sur le marché du travail.

Pourtant les études sont de plus en plus longues, et les périodes d’inactivités liées au chômage de plus en plus longues

Moyenne des pensions retraites en 2014

En moyenne,

un retraité en France perçoit une retraite de

1.306€/mois

Le montant de la pension moyenne augmente année après année.

Et la réduction des inégalités salariales homme / femmes va fortement contribuer à l’augmentation de la pondération dans les années à venir

Projection du nombre de Cotisants 2005 - 2060

Projection du nombre de Retraités 2005 - 2060

Demandez une documentation gratuite

La Retraite est un enjeu national. C’est aussi et surtout un enjeu personnel.

Ce n’est pas un hasard si le sujet est une des préoccupations majeures des actifs français.

A chacune des réformes récentes est venue se greffer une grève ou une manifestation de grande ampleur.

La retraite est un des rares sujets à ne pas souffrir de discrimination.

Toutes les professions, tous les secteurs, toutes les catégories socio professionnelles sont touchées.

Que l’on parle des fonctionnaires, des salariés du secteur privé, ou des travailleurs indépendant, la plupart des études démontrent que le jeune actif d’aujourd’hui percevra nécessairement une retraite plus faible que son ainé.

Et paradoxalement, si de plus en plus de Français s’inquiètent et s’interrogent pour leur retraite, très peu savent ce qui les attend réellement et ce qu’il faut faire pour la préparer au mieux. Les termes et les modalités de calculs sont au mieux complexes et, au pire, incompréhensibles. Et les règles évoluent et le résultat que l’on obtient aujourd’hui sera forcément différent de la réalité à terme.

A cela plusieurs raisons :

  • La complexité des calculs rend difficile d’appréhender l’ensemble des éléments constitutifs d’une retraite
  • La succession des règles législatives font qu’il est impossible de connaître les règles plus de six ans à l’avance
  • La réévaluation des retraites est annuelle et fluctue au gré des politiques et de la conjoncture économique